La Passe de Garuae, Fakarava

Accueil » Fakarava » La Passe de Garuae, Fakarava

25

Avr 2013

Fakarava et sa fameuse passe de Garuae. Avec 1600 m de large, elle est la plus grande de Polynésie et certainement la plus belle. Quoi qu’il en soit, elle remporte haut la main la palme des superlatifs les plus inimaginables.

J’en rêvais depuis longtemps et me voici donc à Rotoava, « capitale » de Fakarava. Le regard face à cette fameuse passe, la même que franchit R.L. Stevenson (« L’île au trésor » et « Dans les mers du sud ») en 1888 en provenance directe de San Francisco.
Palanquée à Moorea

Le centre TOPDIVE de Fakarava

Au centre TOPDIVE, on m’informe que la plongée en dérive s’effectue le matin. Mon niveau 2 me permet d’y avoir accès sans restriction. Pour cette plongée, je suis accompagnée par un Dive Master et un autre niveau 2. Un briefing « serré » précède le départ. Jean-Christophe, notre moniteur, nous rappelle les consignes générales de sécurité propres à cette immersion et nous décrit les conditions de plongée et notre parcours. Arrivés sur site, je suis subjuguée par la clarté de l’eau. On aperçoit parfaitement les canyons et les poissons. Je repense alors à mon livre de chevet « dans les mers du sud ». Stevenson du haut du pont de sa goélette était fasciné par ce décor sous-marin qui s’offrait alors à lui. Par chance aujourd’hui il n’y a pas de vent. La passe est lisse, une véritable invitation au grand bleu…

La mise à l’eau est impressionnante avec plus de 500m de fond. Les rayons du soleil se perdent beaucoup plus bas. Et là, le spectacle commence : Plusieurs Tapete (requin du récif à pointe blanche) remontent les rayons du soleil et tournent autour de nous. Les carangues arc en ciel et les barracudas complètent le tableau. Nous continuons notre descente et nous « atterrissons » sur la pente de la passe. Les raira (requin gris de récif) sont là ! Le temps de bien se « caler » au fond nous sommes déjà cernés par un véritable mur de squales. Quelques Tapetes plus gros remontent du fond, inquisiteurs et bien familiers à mon goût. Nous avons des requins de partout.

“Puis soudain, tous quittent la zone. L’explication arrive très vite : Un grand requin-marteau de 5m se rapproche rapidement en virage serré, probablement en chasse. ”

Il passe très près de nous. Suffisamment prêt pour apercevoir les rangées de dents et son regard. C’est vraiment impressionnant. Une fois le “monstre” passé, la vie semble reprendre son cours. Grâce au Nitrox, nous avons encore beaucoup de temps de plongée sans palier malgré ces 20 premières minutes d’observation. On en ignore presque les thons à dents de chien, les bécunes, les bancs de Kopa (priacanthe), les napoléons et autres surmulets jaune qui coupent avec le bleu abyssal de Garuae. Il est temps de quitter l’entrée de passe. Nous entamons la dérive. Jean Christophe, qui connaît la passe comme sa poche, nous épargne de palmer à contre courant. Nous volons doucement au-dessus des canyons tapissés de coraux variés, le paysage est fantastique. Je pense de nouveau à mon livre (décidément !) où Stevenson qualifiait cette passe de « mâchoire de corail ». Cette architecture me fait penser à une balade en montagne, l’été.

S’il reste encore quelques requins gris dans ces canyons, ils ont laissé leur place à tous les petits poissons tropicaux. C’est incroyable. Chirurgiens, perroquets, labres, papillons, balistes, anges, chromis, flute, trompette…ils y sont tous. Après le chaos sur le mur, le calme des canyons. Nous ne dérangeons pas unrequin dormeur sous un surplomb et continuons jusqu’à Ali Baba, conformément au brief. Nous nous posons parmi les Kopa. Quelques requins gris patrouillent encore. Et là, pour couronner le tout, une raie manta vient surgir du banc de poissons sur notre gauche. Elle le coupe en deux et prend le chemin de l’océan à contre-courant, quelle majestuosité !! Malgré nos 15 litres, nous arrivons au bout de notre autonomie. Finalement, nous ne sommes pas restés longtemps dans Ali Baba. Mais aucun regret, c’était si exceptionnel. Et Ali Baba fera l’objet d’une autre « spéciale » réservée par Jean Christophe.

En surface, mes compagnons ne manquent pas de superlatifs pour qualifier cette passe. Je comprends mieux alors pourquoi elle est une référence en matière de plongée. D’autant plus belle qu’elle en est parfois capricieuse et toujours changeante. Je repars sous le charme, les yeux encore dans le bleu…

Qu’aurait écrit Stevenson s’il avait eu la chance de nous accompagner ce matin ?

© Photos : V.Truchet / C.Dumont / L.Schmidlin / F.Legrand / S.Girardot

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

Stage Vacances Multi-Activités

Pendant les vacances scolaires, le centre TOPDIVE de Tahiti vous propose des stages multi-activités pour les enfants de 6 à 12 ans.Dates des prochains stages :Du 29 juin au 03 Juillet 2015Du 06 au 10 Juillet 2015Du 13 au 17 Juillet 2015Du 20 au 24...

Un savoir-plongée qui ne s’improvise pas

1994 – Paul Ramos ouvre “Ibiza Diving” en Espagne où il développe son concept “confort / service / sécurité“. 2006 – Une nouvelle aventure commence en Polynésie. Paul reprend le Bathy’s Club de MOOREA et y transpose son concept. 2008 – Ouverture des...

Tiki à Moorea

Trois amis espagnols viennent me rejoindre à Moorea pour quelques jours de vacances. Ce sont d’excellents plongeurs et je demande tout naturellement à François, le chef de centre de TOPDIVE Moorea, de nous emmener sur une belle plongée.

Le grand barracuda

Le Grand barracuda (Sphyraena barracuda) fait un peu figure de géant dans la famille des barracudas. Grand de près de 2 mètres, c’est le plus impressionnant du groupe. Ce poisson tout en longueur peut peser jusqu’à 50 Kg. Avec une coloration gris...
Share This